Sélection du n°3427 du 3 juin 2020

De Claudine DUPONT-TINGAUD :

A BAS LES MASQUES !

Ces accessoires de la fourberie au théâtre ne sont-ils pas, en nous bâillonnant, l’image du déclin du courage que dénonçait déjà Soljenitsyne et dont nos “partenaires” économiques chinois savent si bien profiter face à une Europe aseptisée et infantilisée ? Il est vrai que l’on vient de commémorer la retraite du colonel De Gaulle à Montcornet, une insulte supplémentaire à notre armée et une dérive pour notre Histoire ! Il n’est que de regarder le chef de l’Etat jouer son numéro préféré, celui du comédien Macronavirus agité, provocant et désinvolte, pour se rendre compte qu’il n’hésite pas à se dissimuler derrière l’attribut de celles qui portent un linceul sur la voie publique, pourtant interdit en France depuis la loi de 2010 car il les verrouille… de l’intérieur. Cela n’ amène- t-il pas de plus en plus de nos concitoyens à faire le « salut romain » plutôt qu’à se choquer mutuellement les coudes et à refuser la suppression de la liberté la plus élémentaire, celle de circuler… au risque d’ amendes punitives ?

Hélas culte et culture ont accepté, eux, d’être con-finés ! Le premier ayant donné à la seconde ses raisons d’être reconnue tout récemment en Bretagne, grâce à ses Pardons et Troménies, comme « Patrimoine Culturel Immatériel » de l’humanité ; cela en continuité avec un passé et une identité patrimoniale qui ont conduit à la construction de notre civilisation occidentale dont les racines sont chrétiennes quoi qu’aient pu dire les Chirac et consorts. La fausse église vaticane s’est elle-même cachée en ce mois d’hommage à la Résistance de Jeanne d’Arc derrière un consensus républicain qui s’avère soumission plus qu’obéissance, au-delà du covid 19, à toutes les adversités ! Plus encore, elle l’invite à négliger, à l’inverse de notre Sainte Nationale, que « Dieu soit le premier servi » tandis que les cloches se sont presque totalement tues, ne scandant plus l’heure des messes, ne ponctuant plus par l’Angelus le rythme des jours mais laissant un autre virus, celui de la culture de mort, continuer son tranquille massacre par IVG de 200 000 enfants l’an ! La liberté de culte, reconnaît le Conseil d’Etat, est une liberté fondamentale dont a levé l’interdiction mais qui s’exerce d’abord pour la redoutée fin du Ramadan ! 

Comme dans Le Camp des Saints de Jean Raspail, il existe heureusement des îlots de refus. L’immense horizon que sera toujours la mer a provoqué à juste titre de la part des préfets maritimes quelque rébellion devant les oukases jacobins de leurs collègues préfets départementaux et régionaux qui refusent de reconnaître que l’on ne commande ni les océans, ni les « gens de mer », et qu’un pêcheur, seul sur son bateau, ne pouvant donc contaminer personne, est plus en péril mortel sur nos 5 401 kms de côtes métropolitaines d’où partirent conquérants et explorateurs ! 

Les raisins comme les raisons de la colère sont toujours là ! S’exprimera-t-elle dans les urnes lors des élections municipales repoussées et ce malgré la loi Avia, loi d’exception digne de la Chine communiste et récemment votée pour museler la liberté d’expression, comme l’a fait, vicieusement utilisé par le pouvoir, le virus de la mondialisation, organisé et désorganisé pour susciter la peur au nom de la dictature sanitaire et de « Ma santé d’abord ! » soutenues par le “tracking” délateur !

Jeanne , plus que jamais, « Au secours ». Sortez-nous de l’éternel Carême ! Préservez nos provinces afin d’y retrouver l’âme de la France !

 

De François THOUVENIN :

SOUMISSION

Il y a maintenant plus d’un demi-siècle que la secte conciliaire donne l’affligeant spectacle de sa prosternation devant toutes les anti-valeurs de ce monde (dont on connaît le prince), et en particulier devant les oukases de la franc-maçonnerie, l’un des truchements de la pensée infernale ; du reste, il n’est un secret pour personne que beaucoup d’ecclésiastiques catholiques ou réputés tels sont inscrits à des loges. Le dernier en date de ces oukases fut une attaque en règle contre le culte public catholique, interdit pendant tout le confinement, ce qui ne s’était jamais vu depuis la révolution dite française. Grâce à la réaction de diverses institutions traditionalistes, le Conseil d’État a tout de même considéré qu’il y avait de l’abus et ordonné la réouverture des lieux de culte ; mais le gouvernement macronesque — furieux de ce revers — s’est rattrapé en imposant des conditions draconiennes et particulièrement ridicules, voire sacrilèges : espacement des fidèles, port du masque, etc. Et il ne fallait pas compter sur les prélats de la secte conciliaire pour s’opposer à ces vexations aussi odieuses qu’imbéciles. Tout au contraire, la « Conférence des évêques de France » — toujours dans le sens du vent dominant et de ce qu’elle pense être l’histoire — a conseillé de distribuer la communion avec des pincettes, illustrant ainsi sa minable conception de l’Eucharistie. Car si ces “covidés” avaient la moindre foi en l’authenticité de ce que les fidèles sont censés recevoir à la Communion, ils croiraient que lorsque le rite a été valablement accompli, la rondelle de pain azyme est miraculeusement transsubstantiée en corps, sang, âme et divinité du Christ. Or, comment cette substance divinisée pourrait-elle être porteuse de germes ? Comment Celui qui est la Vie pourrait-Il transmettre la mort ? La conclusion de cette pitrerie est donc assez rude : soit les “évêques” de France ne croient pas en la Transsubstantiation et en la Présence réelle, soit ils savent que leur rite moderniste est dénué de toute valeur. Dans le premier cas, ce sont des hérétiques, et dans le second des hypocrites. Comment éviter de croire — à force de les voir se comporter — qu’ils sont peut-être les deux à la fois ?

 

De Nicole MARQUET :

NON, LE COVID-19 N’EST PAS UNE GRIPETTE !

Pour tous les gens qui considèrent la Covid-19 comme une “gripette”, qui a fait moins de morts que la « grippe espagnole », (par exemple, Henry de Lesquen, dans le courrier des lecteurs du dernier RIVAROL), pourriez-vous publier des témoignages de “guéris” (je dirais plutôt “survivants”), qui, après 40 à 60 jours à plat ventre, ont perdu 40 % de leur masse corporelle, doivent ré-apprendre à tenir debout, à marcher, à respirer, après une trachéotomie ? Et des photos (comme celle ci-dessous du 14 avril). Non, la Covid-19 n’est pas une “gripette”, c’est une super-bronchite, une super-pneumonie.

[Henry de Lesquen n’a pas parlé de gripette mais de grippe carabinée, ce qui n’est pas la même chose. Si certains ex-malades du Covid-19 veulent apporter leur témoignage dans le courrier des lecteurs de RIVAROL, c’est bien volontiers que nous le publierons. J.B.]

© 2020 by webmestre RIVAROLWix.com

Directeur : Fabrice Jérôme Bourbon CCP Éditions des tuileries : 4532.19K  

06-40-87-72-79 19 avenue d’Italie, 75013 Paris.