Billet hebdomadaire

 

Henry de Lesquen poursuivi pour “contestation de crimes contre l’humanité”

Très actif sur Twitter où son compte ouvert à l’automne 2014 dispose d’environ 5000 abonnés, Henry de Lesquen est poursuivi par l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), la LICRA et SOS-Racisme pour « contestation de crimes contre l’humanité » pour s’être publiquement interrogé sur la « longévité des rescapés de la shoah ». Ce tweet posté le 27 avril au soir a conduit à une violente campagne de presse contre le président de Radio Courtoisie et du Carrefour de l’Horloge, le Nouvel Obs, l’Express et toute une série de dépêches dénonçant « les propos nauséabonds de ce multirécidiviste de la haine ». La fermeture du compte Twitter d’Henry de Lesquen est également réclamée : « Il est de la responsabilité de Twitter de mettre fin à cette publicité gratuite proposée aux révisionnistes et négationnistes », estime ainsi Sacha Reingewirtz, le président de l’UEJF.

Quant au président du CRAN (Conseil représentatif des associations noires), Louis-Georges Tin, il vient de saisir le Défenseur des droits et le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) concernant « les déclarations racistes et révisionnistes » d’Henry de Lesquen. L’association demande au CSA de suspendre l’attribution de la fréquence de Radio Courtoisie tant que Lesquen en sera le patron. Elle exige par ailleurs que le Défenseur des droits se pourvoie en justice contre ce candidat à la présidentielle de 2017.

Comme toujours dans ce cas-là les pleutres et les faux amis s’en donnent à cœur joie. Ainsi le maire de Béziers Robert Ménard a-t-il jugé bon de mêler sa voix à celle des accusateurs de Lesquen par ce tweet : « De Lesquen moque la “longévité” de certains survivants de la Shoah. Toujours plus loin dans la bêtise. Odieux et abject. » Et une semaine après les faits le silence est toujours aussi assourdissant parmi les autres dirigeants du Carrefour de l’Horloge et autres patrons d’émission à Radio Courtoisie dont, à notre connaissance, aucun n’a à ce jour publiquement manifesté sa solidarité ou sa sympathie envers le persécuté. Lorsque l’on est intellectuellement courageux et que l’on tient des propos très politiquement incorrects et sans concession, l’on est très seuls, l’expérience l’atteste. Mais c’est une solitude très honorable.

Voici ci-après le texte de Lesquen répondant aux violentes attaques qu’il subit.


J. B.


La liberté de pensée nécessaire au salut de la France


Voici 10 réflexions sur la campagne de haine dirigée contre moi. Plus une conclusion.

1. Le tweet incriminé* était anodin. Je m’interrogeais sur des fabulateurs comme Gray, sans toucher aux dogmes de la religion de la choah.

* Je m’émerveille de la longévité des « rescapés de la Shoah » morts à plus de 90 ans. Ont-ils vécu les horreurs qu’ils ont raconté ?

2. Simple bon sens : les malheureux qui ont vécu les horreurs des camps ont pu difficilement atteindre un âge avancé.

3. L’ampleur et la violence des réactions prouvent que j’ai touché le point névralgique du système d’ahurissement du peuple français.

4. Les réactions hystériques, disproportionnées, à un tweet anodin démontrent l’emprise de la religion de la Choah.

5. Les pires blasphèmes sur le Christ auraient suscité cent fois moins de réactions que ce tweet qui égratignait la religion de la Choah.

6. La religion de la Choah est clairement la clé de voûte du système cosmopolite qui détruit la nation.

7. Les officines de délation comme la Licra et SOS-Racisme veulent imposer le cosmopolitiquement correct par la police de la pensée.

8. Les gens dits de droite qui ont hurlé avec les chacals ont révélé leur vrai visage. Ce sont des suppôts du système cosmopolite.

9. Cette campagne de haine est la preuve par neuf de la justesse et de la pertinence de mon action. Elle renforce ma détermination.

10. Il faut casser un par un tous les codes du cosmopolitiquement correct, en commençant par ceux de la religion de la Choah.

Conclusion.

Ce combat pour la liberté de pensée est nécessaire au salut de la France. J’ai besoin de votre aide pour résister, pour gagner !


Henry de LESQUEN.